Collatéral


A few seconds after darkness
Création 2017 — 2018

Pièce immersive et sensorielle, elle vous invite à participer à la fabrication d’un nouveau monde, « A few seconds after darkness » (titre définitif).

L’espace qui s’ouvre à vous n’est d’abord qu’une nuit sans fin.
À votre entrée en ce lieu jaillissent des balbutiements sonores et des éclats lumineux.

Vous participez à la première respiration du monde. Vous êtes ce souffle, cet «instant « T » qui mêle indissociablement à l’espace, la lumière et le son. Cet univers est maintenant âgé de quelques secondes et c’est grâce à vous qu’il poursuit son expansion. En circulant librement dans cette nouvelle cosmogonie, vous modulez la lumière, vous offrez à chaque faisceaux lumineux la possibilité de créer une partition sonore singulière.

Bientôt les corps des musiciens et des performeurs émergent du paysage que vous composez. Dans cette expérience, cette communauté nouvelle que vous formez avec eux appréhende l’intimité d’une œuvre qui n’advient que dans le partage. Le Big-bang a eu lieu et la création de cet univers ne dépend maintenant que de vous.

Ce qu’il reste de la folie

un film de Joris Lachaise

Il y a Khady,
une femme dont les écrits
et les images qu’elle tourne
ne parviennent pas à sauver du tourment.
Elle qui aimerait tant parvenir à nommer
ce mal qui tournoie dans son esprit.

Il y a tous les autres, des fous croit-on,
chez qui le vertige côtoie si fortement la lucidité
qu’on se demande quel lien obscur relie ces deux états.

Il y a cet hôpital. Thiaroye,
en lisière de Dakar.
Un lieu où la psychiatrie en Afrique s’est écartée
du chemin tracé par la colonisation.

Et il y a la folie qui nous parle,
qu’on écoute attentivement,
qui nous bouleverse, non par compassion
mais parce qu’elle emporte toutes nos certitudes.
Monologues ultimes des âmes blessées
qui ne s’embarrassent d’aucun calcul
et qui s’adressent aux confins de nous-mêmes,
là où le déséquilibre intérieur n’est pas un risque
mais une vérité sourde, enfouie.
Prête à surgir.

Jean-Pierre Krief